Le songe de Bernie

                                                        Le songe de Bernie

 

La nuit était fort noire et Chirac était sombre

Bernie à ses côtés ressemblait à une ombre.

Dans la nuit étoilée Chirac était soucieux,

Il me dit : Villepin, je m’en remets à Dieu.

 

Charles de Gaulle est mort, Pompidou décédé,

Moi-même je commence à être fatigué,

Si je t’ai fait venir en ce lieu éternel

C’est pour te voir prêter un serment solennel.

 

Toi vivant jure moi qu’on ne verra jamais

L’infâme Sarkozy trôner à l’Elysée.

Je promis à Chirac mais lui dis cependant :

- Qui voyez-vous alors devenir président ?

 

Je ne vois que des nuls siéger autour de vous,

Raffarin est trop gros et Debré est trop mou.

- Il est surtout trop con. - Messmer ? Il est trop vieux.

Un tel est un médiocre, tel autre un ambitieux.

 

J’ai beau chercher, hélas, je ne vois que des nains.

- Pourtant il en reste un et c’est toi Villepin.

- Mais moi je ne peux pas, je suis juste un poète

Capable de parler des requins et des mouettes.

 

On entendit alors murmurer Bernadette

Dans un demi sommeil, en inclinant la tête :

- Ce n’est plus maintenant la peine de chercher,

Le prochain président sera David Douillet.

 

                            (avec Domipin d'Hugonik)

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Jacques dit le Chi 10/05/2007

Maman tu bois pas assez de Corona

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×