Les châtiments

            Les châtiments

 

Elysée, Elysée, Elysée, morne plaine.

Vois-tu tous ces requins qui vont entrer en scène ?

De bouffer du Chirac, ils sont tous si avides.

Et l’écho répondit : Villepin, morne vide,

 

D’un côté c’est Chirac, de l’autre Sarkozy,

D’un côté c’est l’honneur, de l’autre le mépris.

Chirac est un héros qui incarne la France

Et l’Europe et le monde, en un mot l’espérance.

Sarkozy est un gland, un nabot, un félon

Pour qui rien n’est sacré et pour qui tout est bon

A prendre le pouvoir. C’est un autocratique

Qui ne se complait pas dans les autocritiques.

  

Parfois, sur le balcon, j’apercevais le grand,

L’amoureux des bovins et l’amateur de bouses,

Une bière à la main il observait, là bas,

Sarkozy qui tentait de baiser son épouse

Lui criant : sois à moi, je serai président !

Son derrière est charmant et sa croupe tressaille

- Ah ! qu’il doit être bon l’amour de Cécilia -

Mais Sarko, délirant, met fin à la bataille.

  

Comme le soir tombait Bernadette arriva,

Elle avait le teint pâle et la mine livide.

Alors le grand lui dit : Bernie, ça ne va pas ?

Elle lui répondit : j’ai vu douiller David.

Levant les yeux au ciel Chirac dit : Dieu sévère

Est-ce mon châtiment ? Villepin fait des vers

Et demain l’Elysée sera à Sarkozy !

Il entendit la voix qui lui répondait : oui.

 

                                                                  (Avec Victor d’Hugopin) 

2 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. Jacques C 09/05/2007

Cétait exactement ça ! Vous y étiez ?

Jacques C

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site