Les séparés

 

          Les séparés

 

 N'écris pas. Je suis triste et je voudrais m'éteindre

Car l’Elysée sans toi, c'est Juppé sans cerveau.
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tonneau.

N'écris pas !

 

N’écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.

Que l’Elysée est vain loin de toi mon Jospin.

Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,

Et je dois chaque jour supporter Raffarin.

N'écris pas !

N’écris pas. Je rêve parfois que tu es là ;

Pourquoi donc as-tu pris une sainte gamelle.

Et t’es tu exilé jusqu’à Sainte Gabelle ?

Je déprime, je ne bois plus de Corona.

N'écris pas !

N’écris pas, je t’attends comme un retour de flamme :

Pour entendre ta voix me pénétrer le cœur,

Je tuerais Raffarin et je tuerais ma femme.

Et, quand tu seras là j’apporterai le beurre.

Ne crie pas !



                          (avec Marcelline Desbordes Valpin  et Juju)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Lionel de Ré (du c...) 09/05/2007

Vous m'aimiez donc tant ? J'en suis tout retourné

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site